Site de la section apicole du Bizet
 
 90 ans d'apiculture à Comines-Warneton et environs

 

Retour

Le Plan Maya. (de la revue "La Belgique Apicole" novembre-décembre 2010, page171 )

Un plan de bataille régional... enfin ?

On en a beaucoup parlé, peut-être n'avez vous pas eu l'occasion de découvrir la teneur de ce plan de bataille régional...
Le texte ci-dessous est tiré directement du site web du ministre Lutgen à la RW :
http://lutgen.wallonie.be/spip/spip.php?article899
Lors du lancement de la semaine du miel, qui s'est tenue du au 10 octobre 2010, Benoît LUTGEN, Ministre de l'Agriculture et de la Nature, a décidé de mettre en œuvre le plan « MAYA » afin d'enrayer le déclin des populations d'abeilles.

I. Les abeilles et la société
En Wallonie, près de 350 espèces sauvages d'abeilles et de bourdons ont été recensés. Ils pollinisent et permettent la fécondation et la reproduction de plus de 80% des espèces végétales nécessaires à la survie de nombreuses espèces animales. Les espèces pollinisatrices ont donc un rôle majeur en termes de préservation de la biodiversité.
L'activité de pollinisation est également essentielle pour l'agriculture.
Les spécialistes sont unanimes. 
Pour maintenir l'activité apicole en Wallonie, l'action doit porter sur plusieurs voies :
* les ressources alimentaires (nectar et pollen) ;
* les pratiques apicoles ;
* la recherche scientifique.

II. Le Plan Maya
Le Ministre Benoît LUTGEN a décidé de lancer un plan pour sauvegarder les populations d'abeilles en Région wallonne. Ce plan se décline en 5 actions concrètes :
* Accroître les ressources alimentaires des abeilles
* Soutenir les jeunes apiculteurs
* Accentuer la recherche
* Lancer les communes « Maya »
* Imposer des mesures le long des routes régionales

III. Les ressources alimentaires 
Le pollen est l'unique source de protéines des abeilles.
L'alimentation en pollen des larves et des jeunes abeilles influe directement sur le développement des organes, la taille, la durée de vie des abeilles ouvrières et leur défense immunitaire. Les abeilles ont donc besoin de pollen en quantité, en diversité et en qualité.
Il est impératif de reconstituer des espaces riches en plantes mellifères et dénués d'utilisation de pesticides.

Par conséquent, le Ministre Benoit LUTGEN a décidé :

d'imposer 2/3 de plants mellifères dans les haies subventionnées 
Depuis le 20 décembre 2007, Benoît LUGEN a instauré un régime de subvention pour la plantation de haies par les particuliers.
Sur les deux dernières années, cette mesure a permis de financer la plantation de 74 km de haies et la plantation de 2.830 arbres de vergers et d'alignement. Parmi les 62 arbres et arbustes éligibles pour obtenir la subvention, les scientifiques considèrent que 34 espèces sont intéressantes pour les insectes pollinisateurs.
Le Ministre Benoît LUTGEN modifiera l'arrêté afin d'imposer que les haies soient constituées de deux tiers de plants mellifères.

- de promouvoir la création de prairies fleuries mellifères
Dans le cadre de la semaine de l'arbre, la Wallonie subventionne les communes et les associations qui désirent réaliser des projets en faveur de la biodiversité via l'aménagement d'espaces verts publics et de haies champêtres. Les projets sont subventionnés à raison de 1.250€ par projets. Cette année, 49 projets de plantation d'arbre et arbustes fruitiers, 46 projets de prairies fleuries et 3 ruchers sont soutenus.
Vu la réussite de cette mesure, le Ministre Benoit LUTGEN a décidé de maintenir cette subvention et de l'orienter toute l'année prochaine sur les espèces mellifères. En effet, il s'agira du thème de la semaine de l'arbre 2011.
Par ailleurs, le Ministre va financer la réalisation d'une brochure de vulgarisation sur la création de prairies fleuries ainsi qu'un guide technique à l'attention des ouvriers communaux.

2. Soutenir les jeunes apiculteurs 
Afin de soutenir le secteur de l'apiculture en Wallonie, le Ministre Benoit LUTGEN octroie des subventions pour la formation et l'encadrement des apiculteurs. 
Concrètement, près de 350.000 € ont été octroyés aux centres de formations en apiculture, appelés « ruchers-écoles » et au CARI (Centre Apicole de Recherche et d'Informations). Ces formations en apiculture sont suivies par environ 500 personnes par an.
De plus, pour aider les apiculteurs nouvellement formés, le Ministre Benoit LUTGEN a décidé de soutenir le lancement de leur activité apicole en leur offrant une partie du matériel nécessaire à leur installation. Un budget de 70.000€ est réservé pour mettre à disposition de chaque apiculteur une ruche et une reine au terme de leur formation.

3. Accentuer ta recherche 
En Wallonie comme en de nombreuses régions du monde, l'apiculture est confrontée à
d'importants phénomènes de mortalité des abeilles. Plusieurs causes peuvent en être à l'origine.
Certaines sont connues et peuvent être maîtrisées par l'apiculteur lui-même ou par une structure apicole (famines, effondrements, varroase, ...).
Toutefois, les apiculteurs sont confrontés à des mortalités inexpliquées. Deux hypothèses
majeures sont retenues à l'heure actuelle :
* une atteinte virale (parfois due à la sensibilité des abeilles suite à l'infestation des ruchers par le parasite du varroa) ;
* une contamination par les insecticides qui sont les premiers concernés, d'autant plus que la
plupart d'entre eux agissent sur le système nerveux de l'insecte. 
Certaines autres substances tels les fongicides, les herbicides, ... nécessitent aussi une analyse plus détaillée de leur toxicité.
Le Ministre Benoit LUTGEN a décidé d'octroyer une première subvention de 25.000 € au CARI, au Gembloux Agro-Bio-Tech et au Centre de Recherches Agronomiques de Gemboux pour investiguer sur ces deux hypothèses. Une seconde convention pluri-annuelle sera établie dans les prochains mois pour assurer un suivi de ces études.

4. Les communes « Maya » 
En octobre, le Ministre Benoît LUTGEN s'adressera à toutes les communes de Wallonie pour les inviter à devenir une commune « Maya ». Les communes s'engageront à réaliser des aménagements en faveur des abeilles (X km de haies d'espèces mellifères, X aménagement le long de voiries communales, ...) et lutter de manière active contre leur diminution suppression de l'utilisation de produits d'entretien nocifs à leur santé, de pesticides, ...). La Région leur apportera un soutien en fournissant des supports de communication.
Cet engagement leur permettra également d'être retenues prioritairement pour la participation
à « la semaine de l'arbre ».

5. Imposer des mesures le long des routes régionales
Depuis quinze ans, la Wallonie aide les communes à privilégier la technique du fauchage tardif des bords de route. Cette technique permet le développement d'une végétation particulièrement riche.
Près de 200 communes wallonnes participent à cette opération créant ainsi un réseau de 13.725 km de bords de routes correspondant à une superficie d'environ 2.745 ha.
Les inventaires botaniques réalisés ont révélé la présence de près de 800 espèces animales et végétales parmi lesquelles des plantes réputées mellifères (bleuet, digitale, benoite, hélianthème, houblon, origan, germandrée, campanules, cornouiller sanguin, noisetier,...).
Cette présence en fait des milieux favorables aux abeilles.
Le Ministre Benoit LUTGEN a décidé de généraliser cette mesure à l'ensemble du réseau routier régional et autoroutier. Une étude sera lancée très prochainement afin de valoriser le potentiel environnemental et bio-énergétique des espaces verts routiers et autoroutiers.
[1] 2,5 €/m pour haie mono-rang, 3,5 €/m pour haie deux rangs, 4,5€/m pour haie trois rang, les montants sont doublés si plantation par entrepreneur, et bonus de 20% si plantation en Parc Naturel ou en zone Natura 2000.

HAUT

© BP 2013